Au fil de l'actualité

Un mémorial départemental Algérie-Maroc-Tunisie

Par Direction Communication, publié le mardi 6 février 2018 10:05 - Mis à jour le vendredi 16 février 2018 11:31
un-memorial-departemental-algerie-maroc-tunisie.jpg
Un Mémorial départemental Algérie-Maroc-Tunisie 1952-1962 a été officiellement inauguré le 1er février, à proximité Monument de la Victoire, place Carnot à Rouen.

Entre 1952 et 1962, des centaines de soldats français sont morts pour le département. Le recensement, non exhaustif, révèle aujourd’hui le nombre de 416 tués dont 9 disparus. Depuis plusieurs années, différentes instances du monde combattant évoquaient l’édification d’un Mémorial départemental dédié à la mémoire des militaires morts pour la France, lors de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie entre 1952 et 1962. Déplorant que notre département soit l’un des rares à ne pas avoir de Mémorial des tués en Afrique du Nord, Jean-Pierre Marchand, ancien combattant, entouré d’une dizaine de personnes, a créé l’association du Mémorial départemental de la Seine-Maritime Algérie – Maroc – Tunisie 1952-1962 ».

Le Mémorial départemental Algérie-Maroc-Tunisie est un monument situé place Carnot, composé de trois éléments : deux bancs avec sur l’un deux les statues, réalisées par le sculpteur Jean-Marc de Pas, représentant deux femmes avec un vide entre elles (qui symbolise la douleur de l’absence des disparus), des barrettes de granit noir incrustées au sol sur lesquelles sont gravées les 416 noms et prénoms des militaires d’Afrique du Nord, et un lutrin avec la carte de l’Afrique du Nord et un texte rappelant succinctement ce que fut la guerre d’Algérie.

Devoir d’histoire et travail de mémoire

La Seine-Maritime entretient un lien étroit et privilégié depuis le XIXe siècle avec les pays d’Afrique du Nord et notamment l’Algérie. Réaliser un Mémorial en Seine-Maritime, c’est contribuer à l’histoire de notre département et à la Mémoire collective. Le projet de l’association a ainsi recueilli un avis favorable auprès du Département et de la Ville de Rouen. Porteur de souvenir, comme le Monument aux Morts, auquel il ne se substitue pas, le Mémorial doit permettre d’aller plus loin que la mémoire officialisée. Il doit être un lieu vivant, fréquenté, animé, exprimer une symbolique qui touche le cœur et l’esprit. Il doit être un lieu de rassemblement et de souvenir où se met en pratique une véritable pédagogie d’animation culturelle.

Pour les jeunes générations et les générations futures, elles prendront davantage conscience de leur sacrifice. Les chemins de l’Histoire sont aussi ceux de la Citoyenneté. Ainsi, quatorze collégiens du Département participent à la cérémonie en présence des officiels pour la lecture de textes et de poèmes.

Déjà, le Département accompagne les actions et les initiatives d’une trentaine d’associations et de communes qui œuvrent en faveur du travail de mémoire, à hauteur de 120 000 euros par an, en collaboration avec ses partenaires, au premier rang desquels l’ONAG-VG et les associations locales.

Budget. Le Mémorial Départemental Algérie-Maroc-Tunisie représente un coût total de 121 640 €, financé par le Département de la Seine-Maritime à hauteur de 36 492 €.

Pièces jointes
Aucune pièce jointe